Vous êtes ici : Accueil / Publications / Les Cahiers / Impact d’une catastrophe sur l’avenir d’un site industriel urbain. Les cas de Lyon et Toulouse

Impact d’une catastrophe sur l’avenir d’un site industriel urbain. Les cas de Lyon et Toulouse

Auteur(s)
Marion Cauhopé
François Duchêne
Marie-Christine Jaillet
Numéro
2010-06
Nombre de pages
158 pages
Type dans la collection
Apport de la recherche
Centre d'intérêt
L'Arbitrage

Impact d’une catastrophe sur l’avenir d’un site industriel urbain. Les cas de Lyon et Toulouse

Formats disponibles

Télécharger le fichier dans le format souhaité :

Résumé

La recherche présentée ici s’intéresse aux processus de qualification et de déqualification d’espaces industriels situés en milieu urbain. En effet, à partir de l’étude des arbitrages entre recherche de sécurité et développement urbain dans le contexte particulier d’un site industriel sinistré, il s’agit de voir en quoi la catastrophe s’impose comme un temps brutal, et parfois irréversible, de déqualification d’un espace dédié jusque-là à l’industrie. Ces travaux entendent montrer comment s’opèrent les arbitrages en situation de crise, la prégnance de la catastrophe et de l’émotion qu’elle suscite dans les décisions à court terme.

L’un de leurs intérêts réside dans la mise en perspective de deux cas de sites sinistrés. Il s’agit tout d’abord du pôle chimique sud-toulousain, dévasté par l’explosion dans l’usine d’engrais AZF le 21 septembre 2001. Cet accident a entraîné la mort de 31 personnes, des blessures pour de nombreuses autres, et de multiples dégâts matériels dans toute la ville de Toulouse. L’autre cas concerne l’incendie du dépôt pétrolier Shell dans le port industriel Édouard Herriot de Lyon en juin 1987, ayant causé la mort de deux personnes.

Ces deux contextes post-accidentels particuliers ont fait l’objet d’une démarche de recherche selon trois axes:

  • la prise en compte de la longue durée, postulant que la catastrophe ne constitue qu’un élément parmi d’autres dans l’histoire d’un territoire;
  • l’attention aux systèmes d’acteurs concernés de près ou de loin par la gestion de ces territoires avant et après le sinistre éprouvé, afin de mettre au jour les stratégies à l’œuvre;
  • l’étude des processus proprement territoriaux pouvant participer à la déqualification des sites industriels à risques en milieu urbain.

Dans les deux cas, le premier effet de l’accident a été l’arrêt de l’activité initiale. Ensuite, bien que de nature sensiblement différente, ces événements catastrophiques ont entraîné des modifications durables de l’espace industriel. Cette étude propose un éclairage sur les arbitrages qui ont sous-tendu les décisions prises pour l’avenir des deux sites.

Nouveaux tweets