Vous êtes ici : Accueil / Publications / Les Cahiers / Catastrophe aversion — Social attitudes towards common fates

Catastrophe aversion — Social attitudes towards common fates

Auteur(s)
Christoph Rheinberger
Nicolas Treich
Numéro
2016-02
Nombre de pages
43 pages
Type dans la collection
Apport de la recherche
Centre d'intérêt
Les Facteurs Humains Et Organisationnels De La Securite

Catastrophe aversion — Social attitudes towards common fates

Formats disponibles

Télécharger le fichier dans le format souhaité :

Résumé

L’attention croissante apportée au changement climatique, aux pandémies et aux crises financières met en valeur la question de la prise en compte des risques catastrophiques. Ce document propose une analyse de la manière dont la société aborde, ou devrait aborder, ces événements à faible probabilité mais aux conséquences dramatiques.

La question sous-tendant ces travaux est la manière dont la société aborde

  • un accident majeur faisant un grand nombre de victimes ;
  • un grand nombre d’accidents faisant chacun un mort

lorsque les deux situations conduisent au même nombre total de décès.

Nous caractérisons les risques catastrophiques de façon mathématique comme un étalement à moyenne constante de la distribution des pertes, ou comme une distribution « plus risquée » des risques. Nous analysons des études conduites en sciences de la décision, en psychologie et en économie comportementale pour éliciter les attitudes des personnes vis-à-vis de différents risques sociétaux. Cette revue de la littérature trouve davantage de résultats suggérant une aversion aux catastrophes que l’attitude inverse de préférence pour le regroupement des décès (à nombre de décès constant).

Nous présentons un certain nombre d’explications comportementales possibles pour ces observations, tirées de travaux en psychologie. Ensuite, nous analysons comment différentes fonctions de préférences sociales, utilisées dans la théorie du choix social (l’analyse économique de l’agrégation des préférences individuelles en une préférence collective), représentent l’aversion aux catastrophes. Nous expliquons pourquoi l’aversion aux catastrophes peut rentrer en conflit avec des préférences pour l’équité. Le document termine par une discussion des approches utilisées pour évaluer et réguler les risques catastrophiques dans différents secteurs, avec une analyse de la manière dont ces préférences pourraient être intégrées à l’analyse coût-bénéfices.

Nouveaux tweets