Vous êtes ici : Accueil / Publications / Les Cahiers / La conférence riveraine de Feyzin: conception et mise en place

La conférence riveraine de Feyzin: conception et mise en place

Auteur(s)
Odile Piriou
Pierre Lénel
Numéro
2010-04
Nombre de pages
63 pages
Type dans la collection
Apport de la recherche
Centre d'intérêt
La Concertation Sur Les Risques Industriels

La conférence riveraine de Feyzin: conception et mise en place

Formats disponibles

Télécharger le fichier dans le format souhaité :

Résumé

Ce Cahier présente une expérience de démocratie participative pratique et raisonnable, un espace public de compréhension et d'action pragmatique de la démocratie, revitalisant l'engagement politique citoyen dans les affaires de la cité. Il a été mis en oeuvre en 2007, à Feyzin, commune du Grand Lyon touchée en 1966 par l'explosion de la raffinerie Rhône-Alpes. Ce dispositif participatif de type nouveau, appelé « conférence riveraine », est destiné à favoriser la participation des riverains à la gestion du risque. Possible et réalisable, un tel dispositif mobilise des ressources humaines, techniques, scientifiques, économiques et politiques spécifiques. Cet espace démocratique naît d'abord d'une collaboration inédite construite entre des riverains, des industriels, une municipalité, un groupement d'intérêt scientifique et des chercheurs. La conférence riveraine s'éloigne ensuite dans son mode d'élaboration des critères sociologiques les plus courants pour « construire un public ». Tout en conservant une représentativité du territoire, les chercheurs ont privilégié le principe du volontariat. Ils n'ont pas non plus suivi les tendances plus actuelles du tirage au sort, prenant au sérieux la notion d'acteurs concernés et responsables. Le cadre démocratique de la participation a été construit avec les riverains, les élus, les industriels: montant du budget alloué, principes de négociation, outils mis à disposition pour alléger la charge des citoyens... Les thèmes de la conférence ont été choisis par les riverains. Retenus comme caractéristiques d'un intérêt partagé et important, ils sont discutés, débattus pour définir des axes concrets de progrès et engager à court, moyen et/ou long terme une action. C'est donc un travail politique dans lequel s'engagent tous ces acteurs, le politique étant bien ce travail d'ordonnancement, et la première question politique étant bien de savoir quels objets et quels sujets concernent les personnes qui sont aptes à les discuter.

Dans le dispositif en question, et en dehors des thèmes élus comme le risque technologique, les nuisances et la pollution, les résultats ont été l'élaboration d'une charte de la participation des membres, un projet de réseau de chaleur par récupération des énergies dissipées, etc. Certes, les actions engagées ne portent pas encore tous leurs fruits mais cette démocratie participative raisonnable fonctionne. Elle mobilise depuis plus de deux ans trente riverains avec cinq élus et cinq représentants de l'industrie, engagés pour un premier mandat de trois ans, qui donnent plus de leur temps que prévu. Ils font voir ce qui ne se voyait pas avant, ne se discutait pas avant, n'était pas avant considéré comme un savoir, comme un élément à prendre en considération pour faire de la politique. Ce premier Cahier en livre les fondations. Il décrit les avancées du travail d'aide des chercheurs à l'élaboration et la mise en place de cette démocratie pratique et raisonnable.

Nouveaux tweets