Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Axes de recherche / Arbitrage / Prégnance de la catastrophe dans les arbitrages sur l’avenir d’un site industriel urbain

Prégnance de la catastrophe dans les arbitrages sur l’avenir d’un site industriel urbain

Une analyse des arbitrages, formels ou non, rendus entre recherche de sécurité et développement urbain, dans le contexte particulier de sites industriels sinistrés, à l’aide d’une analyse comparée des cas d’AZF et du Port Edouard Herriot.

Équipe

  • Marion Cauhopé (doctorante Université de Toulouse)
  • François Duchène (laboratoire RIVES, ENTPE)
  • Marie-Christine Jaillet (Université de Toulouse)

Contexte

La question des risques industriels en milieu urbain, confrontée à celle de l’aménagement et du développement de la ville, pousse parfois à des raisonnements paradoxaux: la première amène à protéger, à sauvegarder et à restreindre l’occupation humaine, là où la seconde incite, au contraire, à l’étendre et à la développer. Cette question revêt une acuité particulière sur les sites industriels ayant connu une catastrophe, dans la mesure où cette dernière exacerbe les tensions et est susceptible de modifier le positionnement de certains acteurs.

Question de recherche

En s’attachant à deux terrains ayant connu un important sinistre (AZF à Toulouse et le Port Edouard Herriot à Lyon), entend montrer comment s’opèrent les arbitrages en situation de crise, et la prégnance de la catastrophe et l’émotion qu’elle suscite dans les décisions à court terme. À Toulouse, par exemple, Total n’a pas rouvert son site, mais d’autres entreprises chimiques ont pu reprendre, dans des conditions plus strictes, une partie de leur activité. Mais cette recherche entend aussi montrer que les décisions qui sont prises à propos du devenir de ces sites s’inscrivent dans une temporalité longue et ne peuvent être seulement appréciées comme un effet de la catastrophe. D’une part, dans l’un et l’autre cas, des logiques de concurrences territoriales et de «marketing urbain» étaient déjà à l’œuvre de longue date pour «tertiariser» les communes-centres concernées, et la catastrophe est venue réactualiser un jeu plus ancien. D’autre part, le terrain lyonnais devrait permettre de mettre au jour des arbitrages plus sourds qui s’exercent dans le temps long, à travers des cercles de négociation qui se rencontrent peu et parfois même s’ignorent.

PUBLICATIONS ET Communications

Ce projet a permis de mettre au jour des processus d’arbitrages et de négociations à court et long termes sur la présence d’industries dangereuses en milieu urbain, et de voir comment et en quoi la visibilisation et l’expérience vécue du danger les transforment.

Nouveaux tweets