Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Axes de recherche / Retour d’expérience / Fiabilité organisationnelle et couplages: Le cas de la co-conception dans l’entreprise complexe

Fiabilité organisationnelle et couplages: Le cas de la co-conception dans l’entreprise complexe

Équipe

  • Colin Lalouette, doctorant Mines ParisTech/Foncsi
  • Bernard Pavard, IRIT, Université de Toulouse
  • Jean-Marie Jacques, Université de Namur

Contexte et enjeux

Une difficulté majeure pour la documentation et l’exploitation du REX classique est l’identification et la saisie du contexte pertinent dans lequel s’est déroulé l’événement. Un responsable de gestion des connaissances est donc en permanence confronté à un choix difficile: soit investir des ressources dans un codage coûteux de l’événement et de son contexte (afin de le rendre réutilisable) soit développer des systèmes de communication qui permet aux acteurs d’identifier le lieu, les acteurs ou le contexte qui disposent des compétences nécessaires à la résolution du problème.

D’un point de vue systémique, la tâche du responsable en gestion des connaissances peut donc être vue comme un exercice d’optimisation en gestion de ressources documentaires et communicationnelles, sachant que chaque situation est unique dans le sens ou les acteurs parties prenantes ont une relation vécue en première personne de la situation particulière (cette relation étant une des caractéristique du contexte). Évidemment, pour chaque corps de métier ou type de crise, l’équilibre entre ces deux options (accent mis sur la création de bases de données ou la création de systèmes de communication) et les outils technologiques seront différents.

Question de recherche

Le projet que nous proposons est celui de ré-analyser le problème de la gestion des connaissances sous cet angle systémique en partant de l’analyse de l’usage des outils existants: « Pages Jaunes ingénierie », ExTra (Transfert d’expertise), CoP (Pratiques communautaires), Rise (Partage et réutilisation d’expérience), MOKA (Capture et structuration des connaissances techniques sur le web, etc.) et en fonction des problèmes à résoudre. La structure de ces outils fait explicitement ou implicitement appel soit à un codage explicite de données relatives à des événements et à leur contexte soit à un mécanisme de communication inter-acteurs. Notre objectif serait alors d’identifier le poids de chacun de ces modes d’accès à l’information et d’évaluer sa pertinence dans le contexte de l’entreprise.

Le coût de la saisie d’information ainsi que ce qu’elle représente en terme social dans l’entreprise (enjeux de pouvoir, de représentativité, de responsabilité, etc.) sont évidemment des dimensions cruciales dans la conception d’outils de management. Ces dimensions seront prises en compte aussi bien dans la phase d’analyse que de conception.

Enfin, le lien entre conception d’outils de gestion des connaissances et gestion des risques constituera une part importante du travail de synthèse. L’hypothèse de ce projet étant que ce sont les mêmes principes qui gouvernent la mise en place de ces deux types de dispositifs, il conviendra de bien en identifier les similarités et les méthodologies.

PUBLICATIONS ET Communications

Nouveaux tweets