Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Axes de recherche / Négociation et compromis / Analyse comparée de sites industriels pour une amélioration de la concertation

Analyse comparée de sites industriels pour une amélioration de la concertation

Améliorer la conduite des dispositifs de concertation sur les risques industriels : recommandations issues de l’analyse comparée des sites de Pont-de-Claix et de Saint-Fons.

Équipe & laboratoires

UMR 5206 Triangle (Action, discours, pensée politique et économique)
> Site : http://triangle.ens-lyon.fr/

  • Gwenola le Naour, sciences politiques, maître de conférences, responsable scientifique de l’étude
  • Robin Le Noan, sciences politiques, doctorant, Institut d’études politiques de Lyon, France
  • Christine Dourlens, sociologie, maître de conférences, Université Jean Monnet,  Saint-Étienne, France


ELICO (Équipe de recherche de Lyon en sciences de l'information et de la communication), Institut d’études politiques de Lyon, France
> Site : http://www.univ-lyon2.fr/recherche/laboratoires/

  • Isabelle Garcin-Marrou, sciences de l’information et de la communication, professeur
  • Éva-Marie Goepfert, sciences de l’information et de la communication, chercheur post-doctorant

UMR RIVES (Recherches interdisciplinaires ville, espace, société), École nationale des travaux publics de l’État, Lyon, France
> Site : http://www.chaire-unesco-lyon.entpe.fr/fr/node/13

  • Emmanuel Martinais, géographie, chargé de recherche

Contexte et enjeux

La présence historique et particulièrement dense de l’industrie pétrochimique dans la région Rhône-Alpes a fait de la prévention des risques industriels dans cette région un enjeu de préoccupation ancien et important. La recherche consiste en une analyse comparée des formes de conflits et de compromis à l’œuvre sur deux sites : Pont-de-Claix (Isère) et Saint-Fons (Rhône).

Les travaux précédents ont plutôt porté sur la mise en œuvre concrète de tel ou tel dispositif de participation, sur la communication dans les situations de crise ou sur les processus de communication sur les sites industriels. En s’intéressant particulièrement aux relations avec les médias et à la faible participation de certains acteurs à la concertation, l’enjeu de ce projet est d’avancer dans la compréhension des liens entre questions industrielles et représentations médiatiques et sociales.

Question de recherche

Les questions opératoires qui guident cette recherche sont les suivantes : entre 1960 et 2010, quelles instances collectives − dont l’un des objets premiers est l’industrie − ont été mises en place ? À l’initiative de qui ?  Comment sont-elles composées ? Quels sont leurs modes de fonctionnement ? Que produisent-elles ? Qui sont les acteurs qui les animent ? Ces questions opératoires visent la résolution de l’énigme de sciences sociales : comment des accords, fussent-ils partiels, sont-ils produits sur les sites considérés ? La comparaison systématique entre les deux sites vise à permettre une généralisation contrôlée et à élaborer des typologies des formes de négociation.

Productions

Proposer des recommandations visant à améliorer la conduite des dispositifs actuels de concertation sur les risques industriels afin de faciliter la construction d’accords.

Publications et communications académiques

  • LE NAOUR Gwenola (2014),  « Du Lac Léman à la Méditerranée, des 'empêcheurs de polluer en rond'. Une association de communes dans la lutte contre les pollutions du fleuve Rhône. 1971 – 1982 » in CENMETERI Laure, DAUMALIN Xavier (dir.), Pollutions industrielles & espaces méditerranéens XVIIIe-XXIe siècles, Editions de la MMSH, à paraître .

En savoir plus sur ce projet

> Télécharger la fiche-projet

Nouveaux tweets