Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Axes de recherche / Professionnalisation / Développement du «Pouvoir d’agir» en sécurité

Développement du «Pouvoir d’agir» en sécurité Devenir acteurs de la prévention

Laboratoire

Université Paris 8  
Laboratoire Paragraphe - Équipe Conception, Création, Compétences, Usages (C3U)
> Site : http://c3u.paragraphe.info/Site_C3U/Accueil.html

Équipe

  • Lucie Cuvelier, ingénieur en prévention des risques industriels et ergonome, maître de conférences, coordinatrice du projet
  • Françoise Decortis, psychologue et ergonome, professeur des universités
  • Elodie Ciccone, ergonome, doctorante

Tous les membres de cette équipe appartiennent à l’équipe C3U.

enjeux

Ce projet vise à concevoir des dispositifs de formation innovants basés sur l’activité réelle des travailleurs en situation industrielle. Plutôt que d’être focalisés sur la transmission de savoirs stabilisés, ces dispositifs visent à développer le « pouvoir d’agir » en sécurité, c’est-à-dire la capacité des acteurs à mobiliser de façon pertinente leur savoir-faire.

L’originalité de l’approche proposée est la mise en récit de situations de travail réel et leur mise en débat à l’aide de nouvelles technologies vidéo. Le croisement du storytelling et de séquences vidéo concernant des situations réelles de travail ou des cas simulés permet d’instaurer des espaces de dialogue innovants.

Hypothèses de recherche

  • La mise en débat de situations de travail concrètes permettra une meilleure compréhension des contraintes de chacun (circulation d’information entre métiers concernés, entre niveaux hiérarchiques, meilleure intégration de personnes arrivant nouvellement en poste) et réduira le silence organisationnel. Elle permettra le développement de « compétences collectives » importantes pour la sécurité.
  • La construction de récits facilitera une meilleure intégration de la sécurité réglée (descendante, basée sur l’anticipation) et de la sécurité gérée (basée sur l’expertise et l’expérience locale, sur les compétences métiers, sur la résilience). Ceci permettra d’augmenter l’autonomie créatrice de solutions, tout en diminuant l’autonomie génératrice de risque (quels sont les écarts par rapport au référentiel qui peuvent ponctuellement être acceptés à certaines conditions, et quels sont ceux dont les dangers doivent être connus de tous).
  • La concertation entre les acteurs sur les points de difficulté rencontrés dans des situations réelles, appuyée par la vidéo, permet de co-construire des améliorations qui seront largement acceptées et de développer des savoir-faire de prudence.

Productions attendues

  • Développement d’un dispositif de formation
  • Publications dans la collection des « Cahiers de la sécurité industrielle »
Nouveaux tweets